14 March 2018 | UQAM, local R-M160 | 18h00

Enseigner et agir dans l’espace public : relation compliquée ?

On apprenait récemment dans les médias qu’un professeur de philosophie au collégial a été suspendu suite à des propos homophobes tenus sur les réseaux sociaux. Cette nouvelle a remis de l’avant plusieurs questions qui avaient été soulevées en 2012, alors que nombre de professeur·e·s prenaient activement position contre la hausse des frais de scolarité ; dont la question de la liberté d’expression des enseignant·e·s, ou encore de leur supposé devoir de neutralité.
Au delà de ces cas précis, il y a lieu de réfléchir plus largement à la relation entre le rôle de professeur·e et l’action dans l’espace public : quelle frontière tracer entre l’engagement politique et le rôle de professeur ? comment l’engagement politique peut-il (ou non) nourrir l’enseignement ? Le rôle de prof implique-t-il, comme le défendent plusieurs, d’être un modèle pour ses étudiant·e·s, et si oui qu’est-ce que cela signifie ? La prise de parole dans l’espace public a-t-elle des implications particulières par rapport à l’enseignement (sur le climat de classe ou lien de confiance avec les étudiant·e·s) ? Etc. Raisons sociales vous convie donc à une table ronde sur la relation entre éducation et engagement politique, réunissant trois professeurs de philosophie au collégial qui sont engagés, chacun à leur façon, dans l’espace public : Marianne Di Croce, Ludvic Moquin-Beaudry et Julien Villeneuve. Animation : Fanny Theurillat-Cloutier.
L’événement a lieu le mercredi 14 mars à 18h, à l’UQAM, local R-M160. Au plaisir de vous y voir en grand nombre !