Dossier

Blanc.he.s comme neige?

Delphine Abadie et Marie Meudec

À une époque où le racisme est universellement admis comme un mal moral, émettre un doute sur les comportements des un.e.s ou sur notre participation même involontaire à la perpétuation du racisme, se ressent comme un affront. Or, c’est mal comprendre la nature systémique du racisme que de se dédouaner aussi rapidement. Lire plus

Revue > >

Entre la masse et la meute 

Brèves considérations critiques sur le Printemps 2015

Benoit Coutu

Ces renversements sont selon nous une illustration d’une coupure entre 2015 et la période précédente, et cette rupture nous interroge : d’un côté, nous avons une population qui retourne sa veste, en si peu de temps, soit trois ans après le mouvement social de 2012, alors que nous nous retrouvons dans le même contexte d’austérité et face au même parti politique à la tête de l’État ; de l’autre, nous avons un mouvement qui s’effrite graduellement mais rapidement alors qu’il avait pourtant obtenu une certaine légitimité et une expérience certaine pendant les évènements du « printemps érable » de 2012. Lire plus

Revue > >

Pourquoi j’écris un texte pour Raisons sociales ?

Entre la postmodernité et l’ennemi principal : l’analyse matérialiste

Céline Hequet

Comment est-ce que Raisons sociales pourrait incarner ses valeurs féministes dans une véritable pratique féministe. Ensuite, comment est-ce qu’une gauche peut, si elle se prétend féministe, ne pas balayer la lutte féministe avec les luttes dites « de reconnaissance » sans lui demander non plus de se réduire à une lutte anticapitaliste ? Lire plus

Retour sur le Front commun

Directions syndicales et travailleurs-euses, même combat?

Bruno-Pierre Guillette

En décembre 2014, les dirigeant-e-s du Front commun trouvaient qu'une augmentation de 3% sur cinq ans et la retraite à 62 ans étaient des offres « arrogantes, méprisantes et insultantes2 ». Un an plus tard, 5,25% sur cinq ans devient un « gain significatif3 ». De plus, ils s'aventurent sur une pente très glissante en reculant sur la retraite, alors que notre fond est pleinement capitalisé. Cela nous amène à devoir poser des questions qui, au nom de l'unité du mouvement, ont été mises de côté depuis trop longtemps. Lire plus

Revue > >

Les conservateurs de gauche aiment-ils les femmes?

Valérie Lefebvre-Faucher

Cette lettre prend place dans une discussion qui a commencé ici à propos de l’interprétation conservatrice de la pensée de Walter Benjamin. Or, sauf mon respect pour Benjamin, je n’ai pas l’intention de critiquer la lecture juste ou mauvaise qu’en font les conservateurs de gauche. Je ne cherche pas non plus à étiqueter des personnes. Ce qui me semble essentiel en revanche, et que la discussion théorique ne devrait pas dissimuler mais révéler, c’est la question du lien entre conservatisme et domination. Lire plus

Femmes et développement urbain

Complément aux prolégomènes

Emmanuel Chaput

Dans mon texte introductif Prolégomènes à une théorie critique de l’accélération urbaine, j’ai tenté de soulever une problématique, celle de l’accélération urbaine, l’accélération constituant selon maints auteurs (Paul Virilo ou Hartmut Rosa, pour ne nommer que ceux-là), l’une des figures les plus emblématiques de l’aliénation contemporaine. En situant l’un des moteurs de cette dynamique accélérative dans le cadre urbain, les Prolégomènes voulaient à la fois désigner tant un lieu-opérateur traditionnel de cet aliénation que le champ d’une lutte politique possible en vue d’une émancipation ou, à tout le moins, d’une désaliénation à venir. Lire plus